Eglise en Afrique: Regard historique - Jean XXIII et Jean-Paul II

Publié le par Sébastien SASA

Les deux premières sessions se sont très bien déroulées. Dans la matinée, il y a eu les salutations de leurs éminences le Cardinal Robert Sarah (président du Cor Unum) et Cardinal Gianfranco Ravasi (président du Conseil Pontifical pour la culture), du professeur Alberto Trevisiol (Recteur de l’Université Pontificale Urbanienne), du Professeur Albert Tévoédjrè (président de la Fondation Cardinal Bernardin Gantin) et de l’ouverture des assises par Monseigneur Gabriel Mbilingi (président du Sceam).
Le témoignage combien émouvant et riche de significations de Monseigneur Tharcisse Tshibangu Tshishiku, nommé par le Pape Jean XXIII comme expert des évêques africains au Concile Vatican II. La préparation de cet évènement ecclésial par le laïc Alioune Diop et beaucoup d’autres grands théologiens de l’époque (Joseph Ratzinger, Chenu et d’autres encore). Il conclut en invitant la jeune génération africaine à connaître les acquis du Concile, les points positifs et négatifs de l’Afrique pour construire une Église locale africaine. Le mot d’ordre est, pour le théologien Tshibangu : « Être chrétien authentique et Africain authentique ». Le Professeur John Egbulefu a parlé des « Indications salvifiques des Papes conciliaires et postconciliaires aux chrétiens d’Afrique », Les professeurs Nathanaël Yaovi Soede et Léonard Santedi ont parlé de « l’écho des travaux de l’Association des Théologiens Africains » qui ont confirmé leur engagement d’être au service de l’Église d’Afrique et de poursuivre leurs recherches en vue de « bâtir une théologie qui soit pertinente pour l’Afrique et pour l’humanité toute entière ».
Dans l’après-midi, c’était la deuxième session. Il y a eu l’intervention majeure du professeur historien Jean-Paul Messina. Ce dernier nous a parlé de l’évolution de l’Afrique postconciliaire. Beaucoup a été fait, mais beaucoup reste encore à faire. C’est à nous aujourd’hui à prendre en main nos responsabilités en en vue de la réalisation d’une Église africaine tant souhaitée par les papes Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II.
Trois intervenants ont réfléchi autour de « l’héritage des papes Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II : dialogue interrelieux (Monseigneur Denis Isizoh), application de la doctrine sociale de l’Église dans la vie des Africains comme la justice et la paix (Monseigneur Bernard Munono Muyembe) et la jeunesse qui doit être dans l’espérance de l’Église africaine (père Cyrille Miyigbéna).

DSCF8004DSCF8030DSCF8016DSCF8040DSCF8032DSCF8033DSCF8034DSCF7991

Publié dans AFRIQUE

Commenter cet article