Gaston BACHELARD - UNE PENSEE PAR JOUR

Publié le par Sébastien SASA

Quand on cherche les conditions psychologiques des progrès de science, on arrive bientôt à cette conviction que c’est en termes d’obstacles qu’il faut poser le problème de la connaissance scientifique. Et il ne s’agit pas de considérer des obstacles externes, comme la complexité et la fugacité des phénomènes, ni d’incriminer la faiblesse des sens et de l’esprit humain : c’est dans l’acte même de connaitre, intimement, qu’apparaissent, par une sorte de nécessité fonctionnelle, des lenteurs et des troubles [Gaston BACHELARD, La formation de l’esprit scientifique Contribution à la psychanalyse de la connaissance (Bibliothèque des Textes Philosophiques), Paris, Librairie Philosophique J. Vrin, 2004, p. 15].

Publié dans PHILOSOPHIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article