FÉVRIER

1er  FÉVRIER

Il s’agit de donner aux laïcs baptisés les responsabilités qu’ils doivent avoir dans l’Église en fonction de la grâce baptismale. Nous avons besoin dans l’Église des laïcs qui ne soient pas cléricalisés, qui restent des laïcs tout e prenant leur responsabilité dans l’évangélisation et l’organisation des communautés (OCCM, t. 581, vol. VI, p. 52).

 

02  FÉVRIER

Ta joie intérieure, limpide (paisible) et pure te donne un cœur simple, accordé à Dieu seul ; source de tout bonheur. Avoir un cœur simple c’est avoir un cœur droit, sans détours, sans sinuosités qui sont les repaires du diable, ni replis ou recherche de soi-même.

Ta simplicité, c’est la transparence de ton cœur devant Dieu, tes supérieurs et ton prochain (…) (OCCM, t. 488, vol. V, p. 87).

 

03  FÉVRIER

Éduquer chrétiennement les enfants, c’est former Jésus-Christ dans l’âme des enfants, les modeler à l’image et à la ressemblance du Christ. Au fond il s’agit pour vous de mettre en eux les bases d’un humanisme intégral humain et divin tout ensemble; cet humanisme intégral est seul capable de faire de ces enfants des hommes dignes, libres et responsables (OCCM, t. 599, vol. VI, p. 73).

 

04  FÉVRIER

J’en appelle, pour terminer, à cette jeunesse du lycée qui constitue l’espoir de l’Église de demain. Jeunesse que nous voulons forte, pure et chaste aimant tout ce qui élève l’homme et l’ennoblit, refusant tout ce qui le rabaisse et l’avilit. Je vous propose de prendre en modèle Jésus-Christ, notre Maître (OCCM, t. 601, vol. VI, p. 76).

 

05  FÉVRIER

Nous devons faire comprendre aux jeunes qu’en devenant chrétiens ils s’engagent à continuer la mission du Christ dans le monde. Cette mission c’est d’annoncer la personne du Christ et son message de salut. C’est pourquoi on dit que le chrétien est un témoin du Christ, c’est-à-dire il annonce le Christ, il le révèle aux hommes, il le rend présent dans le monde d’aujourd’hui (OCCM, t. 613d, vol. VI, p. 111).

 

06  FÉVRIER

Les jeunes seront témoins du Christ par la parole évidemment. Mais surtout par leur vie, par le témoignage de leur vie. La vie chrétienne n’est pas une idéologie, la formation chrétienne n’est pas une initiation à une idéologie. Elle est la formation à une manière spéciale d’être et de faire. En effet, ce que tout le monde fait, le chrétien le fat aussi. Mais il le fait d’une manière et avec des motivations spéciales, qu’on appelle chrétiennes : par amour (OCCM, t. 601, vol. VI, p. 111).

 

 07  FÉVRIER

Bakambi de paroisse et animateurs paroissiaux (…), l’Église locale de Kinshasa et moi, votre Évêque, nous vous faisons confiance, nous vous confions une tâche très importante dans la vie de notre Église de Kinshasa, une tâche qui a son importance et suscite beaucoup d’intérêt au niveau de l’Église universelle. Le problème pastoral que nous avons résolu au niveau de Kinshasa aura sa répercussion au niveau de l’Église universelle. Beaucoup ont le regards tournés vers nous, vous êtes les premiers d’une génération nouvelle (OCCM, t. 642, vol. VI, p. 201).

 

08  FÉVRIER

Cette collaboration harmonieuse entre prêtres et ministres laïcs suppose confiance mutuelle, acceptation de l’autre. Il faut faire confiance à l’autre comme Dieu fait confiance à l’homme, malgré ses faiblesses et défaillances. Cette collaboration harmonieuse suppose également le respect de l’autre, la reconnaissance du ministère spécifique de chacun (OCCM, t. 645, vol. VI, p. 207).

 

09  FÉVRIER

Compétent sur le plan socio-politique, ou dans le domaine économique, l’intellectuel chrétien doit se laisser traverser par la lumière pascale. Il deviendra « lumière » et « transparent » de la lumière et de la transparence du Christ ressuscité. Il amènera la multitude de frères à s’ouvrir à des réalités toujours nouvelles et toujours renouvelables, au sens vraiment évangélique (Mt 5, 13-16) (OCCM, t. 658, vol. VI, p. 263).