OCTOBRE 2011

N.B.: Nous citerons les textes du Cardinal Malula de cette façon:

Œuvres Complètes du Cardinal Malula (OCCM), t. (Texte), vol. (Volume), p. (page)

Vol. I = Introduction générale, tables et index

Vol. II = Textes biographiques et généraux

Vol. III = Textes concernant l’inculturation et les abbés

Vol. IV = Directives diocésaines

Vol. V = Textes concernant la vie religieuse

Vol. VI = Textes concernant le laïc et la société

Vol. VII = Textes concernant la famille. Théâtre et chants

   

27 OCTOBRE

« L'Eglise est essentiellement envoyée, elle est mission. Le zèle missionnaire conduisit les premiers chrétiens à fonder de nouvelles Eglises locales qui, à leur tour, témoignèrent de la Bonne Nouvelle auprès d'autres. L'Eglise est témoignage, partage, communion et mission. A la suite du Christ chaque Eglise locale et chaque chrétien est appelé et envoyé pour porter la Bonne Nouvelle libératrice par le témoignage de sa vie et par la proclamation courageuse de sa foi. Cette mission a une double dimension. Elle s'adresse à ceux qui ne connaissent pas encore Jésus-Christ : il s'agit alors de la première évangélisation. Où elle est destinée aux membres de l'Eglise afin de les aider à incarner la foi dans tous les domaines et tous les aspects de leur vie : elle s'appelle alors l’évangélisation en profondeur » (OCCM, t. 348w, vol. IV, p. 186).

28 OCTOBRE

« L'Eglise de Kinshasa est appelée à être et à devenir aujourd'hui plus missionnaire qu'avant, sur deux plans : localement, à l'intérieur du territoire du diocèse, mais aussi sur le plan extérieur. Ces deux soucis sont inséparablement et complémentaires » (OCCM, t. 348w, vol. IV, p. 186).

29 OCTOBRE

« Devant le Pape el les Pères Synodaux, parlant de l'Eglise africaine, nous avons défini l'africanisation en disant ceci : «L'Afrique doit avoir sa théologie propre, sa philosophie propre, sa liturgie propre, certains points de discipline ecclésiastique propres ». Cela est une tâche difficile et de longue haleine. Il nous faudra des années, nous le savons. Nous savons aussi que c'est un travail qui nécessitera la mobilisation de toutes nos énergies intellectuelles et la mise en branle de toutes nos émotions créatrices négro-africaines. Ce n'est donc pas pour demain ni pour après demain. C'est un programme de vie. Néanmoins, notre projet veut, par des actes concrets et visibles, marquer la fin d'une période et le début d'une autre période. Ce projet veut signifier à tous nos collaborateurs, d'une manière tangible, l'orientation que va prendre l’Eglise : le début d'une nouvelle ère s'ouvre dans l'histoire de l'Evangélisation de l'Afrique. Les missionnaires étrangers ont le mérite d'avoir semé dans la sueur de leur front la semence de la Bonne Nouvelle en terre africaine ; Dieu fera surgir de cette terre des Eglises locales. Les Africains eux-mêmes afflueront et apporteront à ces Eglises l'abondance de leurs propres richesses culturelles. Ainsi, eux-mêmes donneront à ces Eglises locales leur vraie coloration, un visage authentiquement nègre » (OCCM, t. 154a, vol. III, p. 51-52).

 

30 OCTOBRE

« Parmi les moyens naturels dont nous disposons pour l'établissement d'une Eglise locale, il convient de citer d'abord comme objectif prioritaire : l'africanisation. C'est pourquoi, nous avons titré celle conférence par celle formule lapidaire qui résume tout notre projet : Hier, les missionnaires étrangers ont christianisé l'Afrique ; aujourd'hui, les Négro-Africains vont africaniser le christianisme » (OCCM, t. 154a, vol. III, p. 51).

 

31 OCTOBRE

« Les circonstances actuelles nous contrarient et nous bousculent. Elles remettent en question nos méthodes traditionnelles d'apostolat. Tout cela constitue un appel à réanimer, à renouveler notre foi. Mus par cette foi, loin de nous décourager et de laisser s'étouffer en nous l'esprit d'initiative, nous devons découvrir dans les situations difficiles actuelles, un appel à une créativité nouvelle, susceptible de nous permettre de répondre aux besoins nouveaux tout en restant dans les limites qui nous sont imposées » (OCCM, t. 152, vol. III, p. 46).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :